La souffrance de l’intégration

Voici une traduction d’un commentaire tiré d’une discussion entre Robin Ticic et Bruce Ecker, publiée sur la liste d’envoi du CPI, au sujet d’une discussion de cas d’une autre thérapeute en suivi avec un homme qui se questionne fortement face à sa relation conjugale et se sent en danger devant le manque de croissance personnelle de sa conjointe:

Il est vrai que, dans bien des cas, devenir plus pleinement conscient, et en contact avec, les vérités émotionnelles sous-jacentes, est ressenti comme étant pire par le client, ou ajoute un degré de détresse. Et pourtant, en Thérapie de la cohérence, l’émergence de l’apprentissage émotionnel complet (le schéma), met aussi le client en contact avec des connaissances qui font basculer sa perception du problème, ce qui révèle des voies de résolution et permet de le sortir de sa position de victime.

Prenons cet exemple: « Je ne peux être attiré par ma femme, parce que je vais rester coincé comme mes parents. » Les mots « je ne peux pas » sont un langage de victime, ce que nous cherchons à éviter en Thérapie de la cohérence parce que la vérité émotionnelle est différente: elle est alignée avec l’agentivité/intentionnalité et la mission. Dans ce cas, le langage limbique de cette vérité émotionnelle serait probablement quelque chose comme : « Il ne faut pas que je me laisse être attiré par ma femme, parce que ces sentiments vont faire en sorte qu’il me sera plus difficile de mettre un terme à notre relation, et ça m’expose au danger d’avoir la même vie que mes parents ont eue: endurer une relation stagnante et une vie stagnante. » Les mots ont bien entendu besoin d’être choisis avec le client pour qu’ils soient parfaitement ajustés émotionnellement pour lui.

Et ça ne représente pas encore la totalité du schéma. Vous avez le schéma complet quand le problème (une souffrance qu’il est très important d’éviter) et la solution (une stratégie pour éviter cette souffrance) sont nommées explicitement et ressenties. Dans notre exemple, il y a plus à découvrir au sujet du schéma, et il faut encore l’inclure dans la verbalisation, c’est-à-dire les détails de la relation parentale que le client sent l’urgence d’éviter dans sa relation et dans sa vie. Vous pourriez le guider pour qu’il les imagine dans une scène reproduisant le pire de ce qu’il cherche à éviter et dont il a été témoin avec eux, et le laisser entrer en contact avec son ressenti, et décrire les sensations et les significations alors qu’il les observe.

 Ce travail de découverte a besoin de guider le client pour qu’il ressente encore plus pleinement et directement les sensations qui l’ont fait souffrir quand il a été témoin de la relation de ses parents  : son angoisse, sa colère, son chagrin, sa solitude, son désespoir ,sa peur, etc. Il est possible que ces émotions d’origine soient encore refoulées et non traitées, et que ce soit précisément ce qui fait en sorte qu’il perçoive le manque de croissance personnelle de sa conjointe soit perçu comme aussi menaçant. Il deviendra apte à prendre une décision éclairée au sujet de sa relation seulement quand il aura fait le traitement émotionnel complet de la relation de ses parents. 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s